J'aimerai bien aussi connaitre l'auteur de ce texte sublime ! Comprendre et chercher à appliquer les conseils de ce texte ne peut que mener à l'amour vrai !!!...

PENSÉES




L'AMOUR CONSCIENT



       Le mobile de l'amour conscient, dans son état évolué, est le désir que l'objet aimé arrive à ses propres perfections innées sans égard aux conséquences possibles pour l'amant.
Pourvu qu'elle devienne parfaitement elle-même, moi je ne compte pas dit l'amant conscient. J'irais en enfer si seulement elle pouvait aller au paradis.
Et le paradoxe d'un tel amour est qu'il évoque nécessairement le même en retour.
L'amour conscient engendre l'amour conscient.
Pourquoi le phénomène est-il si rare parmi les hommes? La première raison est que la grande majorité d'entre eux ne sont que des enfants désireux d'êtres aimés, mais non pas d'aimer.
La seconde est que la perfection est rarement envisagée comme la fin propre de l'amour adulte, bien que rien d'autre ne le puisse élever au-dessus de ces niveaux puérils ou animaux.
La troisième est que l'homme ne sait pas, même quand il est plein du désir d'aimer, ce qui peut être le bien de l'objet qu'il aime ; et la quatrième enfin est qu'un amour conscient n'arrive jamais par hasard. Il doit être l'objet d'un choix conscient et d'une ferme résolution de s'efforcer.
De même que le Bushido et les autres ordres de chevalerie ne sont pas apparus accidentellement, de même un amour conscient ne peut pas apparaître et se développer tout seul. Toutes les noblesses furent des oeuvres d'art et un amour conscient aussi doit être une oeuvre d'art.
Que celui qui désire s'enrôler commence donc par faire son apprentissage ! Et peut-être un jour atteindra-t-il à la maîtrise. Qu'il travaille avant tout à purifier son désir d'aimer, car il devra abjurer tout désir personnel, tous préjugés.
Il contemple le visage aimé. " Quelle sorte de femme est-elle ? " Un mystère est ici : une piste de perfection s'entrouvre dont le parfum naissant est adorable. Comment cette possibilité pourrait-elle être réalisée pour la gloire de la bien-aimée et de Dieu son créateur ?
Nous devons ici nous demander : En serai-je capable ? Si je suis sincère, je dois évidemment répondre : non.
Un homme qui ne sait pas traiter convenablement ses chiens ou ses chevaux, une femme qui ne sait pas cultiver des fleurs, comment pourraient-ils apprendre à révéler les dormantes perfections encloses dans l'être aimé ?
Une humilité et une tolérance à toute épreuve seront nécessaires. Si je ne suis pas certain de ce qui peut être le mieux pour elle, je dois au moins la laisser libre de suivre ses propres inclinaisons. Et, pendant ce temps, j'étudierai ce qu'elle est et peut devenir, ce dont elle a besoin, ce que son âme appelle sans savoir de quel nom l'appeler, bien éloigné de pouvoir trouver la chose même.
Apprendre à prévoir pour elle dés aujourd'hui ses besoins de demain, sans penser un instant à tout ce que cela pourra représenter de peine pour moi.
Vous verrez, garçons et filles, quelle discipline et quelle maîtrise de soi cela exige.
Entrez en ces bois enchantés, vous qui osez !
Les Dieux s'aiment les uns les autres consciemment. Et les amants conscients deviennent des Dieux. "

Sans pudeur, des hommes se vanteront d'avoir aimé, d'aimer ou d'espérer aimer. Comme si l'amour était assez pour couvrir la multitude de leurs péchés. Mais l'amour, comme nous l'avons vu, lorsqu'il ne s'agit pas d'un amour conscient, c'est-à-dire désireux de devenir à la fois sage et capable de servir son objet, ne dépend que des affinités favorables ou défavorables. Il a la chimie à sa base. Et, dans les deux cas, il est également inconscient, c'est-à-dire sans contrôle.
Être dans un tel état d'amour est donc certainement très dangereux pour soi-même ou pour l'autre ou pour tous les deux.
Car nous sommes alors traversés par une énergie cosmique qui poursuit ses propres fins totalement indifférents aux nôtres, et nous voici chargés de cette force.
C'est une dynamite que nous véhiculons désormais sans y prendre garde.

Faut-il s'étonner du nombre des accidents ? Reconnaissons donc que, sans connaissance et sans puissance, l'amour est démoniaque.
Sans connaissance, il peut détruire son objet. Qui donc n'a entendu telle " bien-aimée " dire de son " amant " : " Il me rend malade, il me tue " ?
Et, sans puissance, l'amant doit devenir le plus malheureux des êtres puisqu'il ne peut pas faire ce qu'il désire et ce qu'il sait qu'il devrait faire pour son bien.
Les hommes devraient donc prier pour que leur soit épargnée l'expérience de l'amour sans sagesse et sans force. Ou bien, s'ils ne peuvent faire autrement que d'aimer, alors qu'ils prient la sagesse et la force de guider leur amour !


En hommage à son auteur que j'aimerai connaître!


© Tous Droits réservés aux auteurs. Informez-vous  ICI   avant de copier ! 

RETOUR À L'ACCUEIL

     Partagez sur   FaceBook  Twitter  MySpace!  Viadeo    certificat de droit d'auteur